L’exploitation de monsieur Faissel JEDIDI se trouve sur la commune de BIR BOU REGBA à 20 minutes au Nordgilles__tunisie_022 d'HAMMAMET. M. JEDIDI produit des  dindes, et exploite également  190 ha en propriété pour élever 350 brebis, produire du raisins de table, des amandes et aussi quelques cultures fourragère tels que l'orge.

Après quelques années à produire des poulets, monsieur JEDIDI a choisi de tout arrêter pour élever des dindes. Les prix trop bas du poulet l’on amené à opter pour l’élevage de dindes. Les bénéfices ont considérablement augmenté, même si depuis 2 ans le prix des aliments a été multiplié par 2 (de 300 dinards ils sont passés à 600 la tonne). Aujourd'hui, M. JEDIDI produit des dindes dans un système hors-sol. Chaque année, un peu plus de 60 000 dindes sont produites sur ses trois sites d'élevages. Chaque site de deux bâtiments, accueille 4 000 dindes 2.5 fois dans l'année en moyenne. Sur chaque site, deux personnes nourrissent les volailles et assure l'entretien du bâtiment. En effet,dans cette exploitation comme dans beaucoup d'autres en Tunisie, on préfère souvent la main d'oeuvre à l'automatisation. Les auges sont donc remplies au seau, et le paillage avec la sciure de bois se fait manuellement par les employés. On y préfère la sciure car c'est plus facile de s'en procurer et son coût est moins élevé que la paille.
La conduite de l'élevagese rapproche du système industriel Européen. L'élevage en intégration, avec l’abattoir est libre du choix du fournisseur d’aliment. Les poussins sont produits dans un centre de naissage Tunisien, et arrivent à 1 jour. Elevés dans un bâtiment spécial pour les jeunes poussins pendant 35 jours. Ils sont conduit dans différents bâtiments pour y être engraissé. Les femelles y sont gardés jusqu'à 90 jours, ou elles feront 7 à 8 kg. Le détassage occasionné permettra aux mâles de mieux engraissé pour atteindre le 120 ème jours où ils doivent atteindre le poids minimal de 12 kg. Les dindes sont ensuite transférées à l'abattoir pour y être détaillé en escalopes et autres morceaux de choix.
Les problèmes respiratoires peuvent amené des taux de mortalité de 10% contre 4% habituellement. Pour y remédier, un vide sanitairre de 20 jours est éffectué entre chaque remplissage et une désinfection après chaque départ.. Un vétérinaire suit l'élevage de près et l'eau apporté aux animaux est régulièrement controlé. Elle provient principallement d'un forage creusé a 70 m sous terre, et occasionnellement du réseau public.102_0096

Deuxième rencontre professionnelle de notre périple M. Jedidi confirme la maîtrise tunisienne du pilotage d’exploitation agricole et la capacité à s’adapter aux nouveaux enjeux. L’accueil et la transparence de nos échanges nous encourage à conseiller  ce beau pays comme destination professionnelle et non seulement touristique.

Josselin Le Fer